mirage

Opération ANTARES : flux de la matière dans l'océan austral

DSpace/Manakin Repository

Show simple item record

dc.contributor.author Centre national de la recherche scientifique
dc.date.accessioned 2012-01-10T13:51:21Z
dc.date.available 2012-01-10T13:51:21Z
dc.date.issued 1989-03
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/2332/1994
dc.description 26 pages, figures, cartes, bibliographie fr_FR
dc.description.abstract Le Programme Flux Océaniques (PFO) a l'ambition de déterminer, à l'échelle de l'océan global, le flux de matière, essentiellement biogénique, qui disparaît de la couche superficielle, se dépose sur les fonds océaniques et, dans son devenir ultime, quitte les cycles biogéochimiques. Les deux premiers sites choisis pour le système purement océanique, la Méditerranée nord-occidentale (Opération Dyfamed), et l'Atlantique tropical nord (Opération Eumeli), permettront de modéliser le transport de matière, en régime oligotrophe et mésotrophe, dans des zones soumises à d'importants apports éoliens et anthropiques, de température élevée et dont le flux énergétique connaissant des variations de faible amplitude. Ces deux systèmes présentent, en outre, le caractère commun d'une limitation de leur production primaire par le flux de sels nutritifs. L'étude d'un troisième système océanique, l'Océan Austral (Opération Antares), permettra de modéliser la circulation de matière pour des conditions très différentes: limitation de la production par des processus physiques, fort taux de sédimentation, apports éoliens et anthropiques négligeables, basse température. cycle saisonnier marqué. L'Océan Austral constitue un écosystème paradoxal avec une grande richesse de sa couche superficielle en nutriments, mais une production primaire annuelle voisine d'un système oligotrophe. Autre élément de ce paradoxe, la production de silice biogénique dans la couche euphotique, estimée au tiers du total mondial, ne laisse pas présager une si grande richesse des abysses antarctiques qui recueillent les deux tiers du flux mondial de silicium. Si ces traits sont communs à l'ensemble de l'Océan Austral, il faut cependant y distinguer au moins trois sous-systèmes: la frontière banquise-eau, les eaux originaires de la Divergence Antarctique avec leurs structures tourbillonnaires à mésoéchelle dont la fréquence, en océan ouvert, constitue une originalité, et les zones frontales: Front Polaire et Convergence Antarctique, Convergence Subtropicale, Front Weddell-Scotia. Le programme proposé pour modéliser la production primaire, les flux de matière biogénique (C. N. Si), des métaux-traces et des radioéléments associés qui transitent à travers l'Océan Austral nécessite une stratégie diversifiée: campagnes de navires de haute mer ou de navires polaires à différentes saisons, suivi d'une station permanente proche de Kerguelen, utilisation des données satellitaires, application de modèles. Dans un vaste océan à échanges intenses entre les masses d'eau, situé à l'écart des apports anthropogènes et éoliens directs, cette approche devrait permettre : de mesurer les flux entre les principaux compartiments du réseau trophique, de prendre en considération la variabilité du système dans le temps, d'avoir un suivi synoptique de phénomènes hydrologiques tels que les fronts et tourbillons et de la distribution des particules pigmentées de la couche superficielle qui en dépend étroitement. (...) fr_FR
dc.language.iso fr fr_FR
dc.publisher CNRS fr_FR
dc.relation.ispartofseries Programme flux océaniques;3
dc.title Opération ANTARES : flux de la matière dans l'océan austral fr_FR
dc.type Rapport d'étude fr_FR

Files in this item


This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Search DSpace


Advanced Search

Browse

My Account

Bookmark and Share