mirage

Caractéristiques de la surmobilité professionnelle en périurbain : incidence sur les transports et le logement : Espaces sous influence urbaine

DSpace/Manakin Repository

Show simple item record

dc.contributor.author Legrand, Caroline
dc.contributor.author Ortar, Nathalie
dc.contributor.author Laboratoire d'économie des transports
dc.contributor.author Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques
dc.date.accessioned 2010-09-09T12:56:15Z
dc.date.available 2010-09-09T12:56:15Z
dc.date.issued 2008-12
dc.identifier.other CERTU/RE--09-16--FR
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/2332/1687
dc.description 64 pages, carte, bibliographie en
dc.description.abstract Ce rapport part de l’hypothèse que les mobilités géographiques professionnelles de longue distance ne sont pas uniquement liées à un habitat urbain, mais qu’elles peuvent toucher tous les ménages quels que soient les lieux d’habitation. La présente analyse porte sur ce groupe, assez vaste et hétérogène, de personnes qui vivent en périphérie des agglomérations tout en ayant des mobilités géographiques professionnelles fortes : les « périurbains » dans un sens très large, incluant les ruraux proches des aires urbaines. Nous dressons au préalable une description des éléments qui favorisent la mobilité pour ensuite décrire la mise en oeuvre de l’enquête sociologique. La mobilité quotidienne est centrale dans les recherches portant sur le périurbain, au point que cette question apparaisse comme la marque principale de ce mode de vie. Dans les ménages enquêtés, nous nous attachons aux navettes du conjoint ‘’mobile’’ qui réalise des mobilités hors norme. L’essor de la périurbanisation apparaît sous-tendu par des choix de couples qui mettent en adéquation un projet de vie familiale et un logement, et non nécessairement comme un désir de campagne. De fait, alors que les familles les plus aisées s’installent à proximité des villes, les autres sont reléguées de plus en plus loin dans des zones où les prix restent relativement plus bas. Cet éloignement se traduit par une mise en tension particulière générée par la faiblesse des services et la distance aux pôles d’emploi, point qui nous intéresse pour notre enquête. Dans cette recherche, la mobilité a été pensée comme étant arrivée dans la vie des familles pour des motifs professionnels, essentiellement. L’enquête nous a détrompées sur nombre d’a priori. Il est ainsi bien souvent difficile de dissocier les motifs professionnels de motifs plus personnels, même si effectivement, dans quelques cas, les décisions apparaissent plus marquées, et ce, quel que soit le lieu d’habitation. L’importance du choix d’habiter en périurbain prédomine. Les périurbains sont, de fait, parmi les plus mobiles alors même que leurs mobilités géographiques sont nécessairement plus complexes, puisque contrariées par l’espace environnant et la nécessité de posséder un ou deux véhicules. Cette difficulté n’apparaît toutefois pas comme telle aux périurbains lorsqu’ils peuvent se déplacer de façon autonome. Au contraire, l’accessibilité est privilégiée à une proximité. en
dc.format.extent 1086812 bytes
dc.format.mimetype application/pdf
dc.language.iso fr en
dc.publisher CERTU en
dc.subject périurbain en
dc.subject mobilité en
dc.subject modes d'habiter en
dc.subject localisation des emplois en
dc.title Caractéristiques de la surmobilité professionnelle en périurbain : incidence sur les transports et le logement : Espaces sous influence urbaine en
dc.type Technical Report en

Files in this item


This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Search DSpace


Advanced Search

Browse

My Account

Bookmark and Share